Page:Gaston Phoebus - La Chasse, J-Lavallee, 1854.djvu/70

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 14 —

teront tout l’an, dès mars qu’ilz giètent leurs testes jusques à la moitié du mois de juing ; et lors sont-ilz réparés de tout leur poil nouvel et leur teste est mole et couverte de pel et de poil au commencement ; et dessoubz celle pel elle se fortéfie et s’aguise. Et vont aux arbres froyer et oster celle pel, environ la Magdelaine, et dont demuere la teste dure et forte. Et les vont brunir et aguysier aux charbonnières que les gens font ès forestz. Aucune fois aux rascleis[1] où l’en fet le millet, aux graves[2] que l’en appelle en France croullières[3] ou betumières[4], aucune fois aux marlières[5] où la terre qui s’appelle marie ist[6]. Ilz ont la moitié de leur greffe ou environ, à la moitié du mois de

  1. Rascleis. Je pense que Gaston veut parler d’une terre légère, labourée pour le jardinage et unie au rateau et au racloir.

    « Mil et Panic demandent être semez en terres légères et menues, et viennent non seulement en terre sablonneuse, mais aussi en arène quand le pays est moitte et humide. »

    (Maison rustique de Charles Étienne, L. V, ch. 21.)
  2. Grave, mot en usage dans le vieux patois béarnais, dont le sens se trouve déterminé par celui des mots crouillères, betumières. C’est un terrain mobile et détrempé : un bourbier. Suivant le dictionnaire inédit de M. de Sainte-Palaye, ce mot signifiait abîme, marécage. Il se prenait aussi au figuré. Il exprimait alors l’idée de danger et d’embarras.
  3. Croullières, croliz, crolaie, crouillière, croulière, endroit où la terre n’est pas ferme sous les pieds ; terre où l’on enfonce.

    M. de Sainte-Palaye cite cet exemple :

    « Estonne ne regarda l’heure que son cheval entra en une crollière jusques au ventre. »

  4. Betumières, lieu couvert de boue et d’immondices.

    Issons, issons du betumier,
    Laissons la boë et le fumier.

    (Manuscrit cité par Ducange, vo Betunium.)

    Ne pourrait-on pas croire que ce mot signifiait aussi une tourbière ? Le sens semble l’indiquer.

  5. Marlières, marle. Marnière, marne.
  6. Ist. Sort, du verbe issir, sortir, exire.