Page:Gaume - L'europe en 1848, 1848.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lemagne, l’Angleterre, une grande partie de la Suisse, des États-Unis d’Amérique et l’Écosse. Or, partout où le système de la charité légale s’est enraciné, l’expérience nous montre le nombre et l’indigence des pauvres s’accroissant sans cesse, la taxe augmentant progressivement et parfois jusqu’à un degré où elle tarit les sources de toute prospérité et anéantit le droit même de propriété ; enfin la misère et la vexation produisant des plaintes, souvent des soulèvements et des crimes qui inspirent aux gouvernements de graves inquiétudes, et compromettent l'existence même de la société.

» Ainsi la taxe qui était à Copenhague, en 1825, de 87,000 écus (243,600 fr.) y était, en 1829, de 169,000 (473,200 fr.), et elle continue d’augmenter dans une progression à laquelle on ne prévoit aucun terme.

» A Berlin, l’administration générale des pauvres a donné en supplément aux établissements de bienfaisance et en frais divers 98,770 thalers (338,318 f.) en 1821, et 297,224 thalers (1,078,629 fr.) en 1832. La population était à la première époque de 192,383 habitants ; à la seconde de 229,843. Ainsi la dépense qu’a nécessitée le déficit laissé par les ressources ordinaires a plus que triplé en onze ans, quoique, dans ce même espace de temps, la population n’ait pas augmenté d’un cinquième.

» A Augsbourg, la quantité des assistances a plus que doublé depuis sept à huit ans, bien que la population soit restée à peu près stationnaire.