Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui d’un cadi, qui s’était montré injuste dans plusieurs cas. Le khalife, les mains gantées de terre glaise, écouta attentivement l’accusation, vérifia les preuves et, prenant une brique encore molle, il y écrivit du bout du doigt la révocation du cadi, remit la brique aux messagers, qu’il congédia ; puis il continua son travail.

La journée finie, il fit ses ablutions au bord d’un oued, et rentra dans la Mecque avec ses deux fils.



Le soleil couchant empourprait les créneaux des remparts, la brise fraîchissait, l’heure était délicieuse.

Au moment où il allait franchir le pont-levis pour pénétrer dans la ville, Omar aperçut le corps d’un homme étendu au revers d’un fossé.

— Dort-il, celui-ci ? est-il mort ? demanda-t-il en s’arrêtant.