Page:Gautier - Fleurs d’orient.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dois ton lait et tes soins. Ne connais-tu pas la loi ? Jusqu’à ce qu’il ait sept ans, une mère appartient à son enfant ; alors seulement il peut se passer d’elle. Remplis ton devoir, et après, si ton cœur ne s’est pas endurci, expie ton crime.

— Hélas ! dit-elle, si longtemps encore, le poids de la honte, l’effroi de l’enfer ! mais je sais obéir, ajouta-t-elle. Dans sept ans, c’est bien.

Et elle s’éloigna, longeant les murailles, s’y retenant pour ne pas tomber, tandis qu’Aly la suivait d’un regard ému. Quand elle eut disparu à ses yeux, il ouvrit sa porte et franchit le seuil, en murmurant avec un soupir :

— Pauvre femme !