Page:Gautier - Isoline et la Fleur Serpent, Charavay frères, 1882.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


précautions à prendre pour assurer le mystère, se présentaient à moi et se résolvaient sans effort. Je n’éprouvais ni crainte ni hésitation ; je me sentais comme inspiré, guidé sûrement par une force extérieure.

« Je ne sais combien de temps s’écoula depuis le moment où Claudia rentra dans la maison jusqu’à celui où le comte en sortit, des minutes ou des heures, je ne saurais le dire ; mais tout à coup je me dressai dans l’ombre où j’étais tapi, aux éclats bruyants de voix qui sonnèrent hors de la maison.

« Le père de Claudia reconduisait jusqu’au perron le gendre de son choix. J’entendis quelques phrases.

« — Ne vous chagrinez pas de ces caprices, cela passera.

« — Je l’espère, répondait le comte avec un rire fat ; en attendant j’ai assez d’amour pour deux.

« — Bon voyage !

« — À bientôt !

« Et mon rival descendit légèrement le perron, son paletot sur le bras, un cigare aux lèvres.

« Je le suivis, m’abritant dans l’ombre des arbustes, ramassé sur moi-même, silencieux comme