Page:Gautier - L’Orient, tome 1, Charpentier-Fasquelle, 1893.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


EXCURSION EN GRÈCE


I

l’imperatore et l’arciduca lodovico

Lorsque l’on vient de Constantinople, même dans les temps le plus sains, on est toujours en suspicion de peste, et si l’on veut prendre le paquebot de correspondance pour Athènes, il faut subir une quarantaine de vingt-quatre heures devant Syra, le point d’intersection de toutes les lignes de bateaux à vapeur du Levant. Cette quarantaine se fait, non dans le lazaret dont on aperçoit les constructions au bord de la mer, à quelque distance de la ville, vers la pointe de terre qui regarde Tinos, mais sur