Page:Gautier - L’Orient, tome 1, Charpentier-Fasquelle, 1893.djvu/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
LA TURQUIE.

des grandes découvertes au génie particulier de l’Orient : la chute du voile qui protège la blancheur délicate des femmes contre un soleil brûlant, la substitution du vin à l’eau pure, si préférable comme hygiène, ne nous paraissent pas des perfectionnements désirables. — Quant à la polygamie, n’est-elle pas préférable aux adultères et aux désordres trop fréquents dans nos sociétés monogames ? et d’ailleurs, elle demeure un luxe difficilement accessible par les sages restrictions de la loi.

On parle de la beauté de Naples et de son golfe, où abordent incessamment des migrations de touristes ; mais qu’est cela à côté de Constantinople, voluptueusement couchée sur le divan de ses sept collines, laissant tremper ses pieds dans une eau de saphir et d’émeraude, et baignant, de sa tête couronnée de coupoles et de minarets, dans un ciel rose et bleu qui semble briller derrière une gaze d’argent ? Quel panorama peut valoir au monde cette entrée de la Corne-d’Or, encombrée de pyroscaphes, de caïques, de prames, de mahonnes, d’argosils aux formes