Page:Gautier - La sœur du soleil.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII


LE PARJURE


Lorsqu’il entra dans la salle où l’attendait Fidé-Yori, Hiéyas comprit que quelque chose de grave allait s’accomplir.

Tous les partisans dévoués au fils de Taïko-Sama étaient réunis dans cette salle.

Fidé-Yori portait pour la première fois le costume guerrier et royal que lui seul pouvait revêtir. La cuirasse de corne noire serrait sa taille et de lourdes basques formées de lamelles reliées par des points de soie rouge retombaient sur un large pantalon de brocart serré de la cheville aux genoux dans des guêtres de velours. Il avait un sabre au côté gauche et un autre au côte droit. Trois étoiles d’or brillaient sur sa poitrine, il appuyait sa main sur une canne de fer.

Le jeune homme était assis sur un pliant comme les guerriers sous leur tente.

À sa droite se tenait sa mère, la belle Yodogimi, toute pale et inquiète, mais splendidement vêtue. À