Page:Gautier - Le Dragon Impérial, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lazuli de ses trois toitures, où tinte une triple guirlande de clochettes et dont les balustrades sculptées disparaissent presque entièrement sous les lanternes multicolores qui s’y accrochent et sous les illustres étendards de soie tissée d’argent qui enveloppent tout l’édifice de frissons lumineux. Mais la plus pompeuse gloire de la Cité Jaune est la verte colline artificielle qui se nomme la Montagne de Charbon. Cinq ondulations la composent ; à chacun de ses sommets une pagode scintille comme une pierre précieuse qui termine une calotte de satin ; et rien n’est plus charmant que les labyrinthes fleuris et les enchevêtrements de petites routes ombreuses qui sillonnent les pentes toujours vertes des cinq mamelons. À chaque pas les rares promeneurs font s’envoler des faisans d’or et des pigeons aux ailes roses, ou s’enfuir un cerf peureux qui franchit un ruisseau, puis, curieusement, s’arrête. De tous côtés se groupent de petits rochers gracieux, envahis par des fleurs grimpantes, et se courbent des ponts de marbre sculpté, qui sautent par-dessus des cascades. De minces filets d’eau circulent sous la mousse ; des violettes et des pervenches se répandent dans l’herbe humide ; des touffes d’hydrangées, de citronnelles et de lilas blancs prennent d’assaut les pins parasols, les châtaigniers, les acacias, les pommiers tout en fleur ; souvent, par une trouée du feuillage, on aperçoit au fond d’un pavillon entr’ouvert quelque dieu grotesque, accroupi, et quelquefois apparaît, enchaîné sur un roc, un aigle noir, fier et farouche, qu’entourent de narquoises et audacieuses chèvres