Page:Gautier - Le Vieux de la montagne, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Sois le bien-venu, mon hôte, dit le roi, que tu apportes paroles d’amitié ou de haine.

Le messager posa la main sur son cœur, puis sur son front, et il dit, dans la langue des Francs :

— J’apporte la réponse du prince des Sept-Montagnes, khalife de Dieu, notre Seigneur Raschid ed-Din — que sa bénédiction soit sur nous !

— La réponse ?…

— À la lettre que vous tenez à la main.

— Mon sceau est intact cependant.

— Notre Seigneur sait lire à travers tous les voiles et toutes les distances.

Les assistants se poussaient du coude et chuchotaient :

— C’est le diable !

— S’il répond vraiment, voilà un miracle.

L’envoyé tendait une lettre à Amaury, qui la prit et rompit les cachets.

Tous les chevaliers s’étaient rassemblés devant la tente royale. Hugues même, malgré le médecin, s’était traîné jusque-là. Un grand silence régnait. On épiait le visage du roi, qui, tandis qu’il lisait, était devenu très pâle, puis s’empourpra.

— Par l’enfer ! s’écria-t-il bientôt, sans cacher