Page:Gautier - Le Vieux de la montagne, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les liens dans lesquels je tenais captif mon désir le plus ardent ; C’est un fauve affamé qui a rompu sa chaîne : ne tente plus de le retenir.

— Plus l’élan est vif, moins longue est la course.

— La voir ! murmurait le prince. Depuis que j’existe aucune émotion n’a fait à ce point brûler mon sang… J’ai peur de mourir.

— Khâlîfe de Dieu ! tu guériras, dit le vieillard, en baisant la main de son seigneur.