Page:Gautier - Le Vieux de la montagne, Armand Colin et Cie, 1893.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Non, non, il n’a pas une telle idée !

Hugues, les bras croisés, comme figé dans sa résolution, répondit avec calme :

— Iblis est un animal incomparable. Saladin m’en a fait don, pour me remercier, quand je l’ai armé chevalier. Ce cheval descend, m’a-t-il dit, de la monture de Mahomet : cette jument à tête de femme qui avait dix paires d’ailes, à ce qu’il paraît. Iblis en garde quelques plumes à ses sabots… Voyez, ajouta-t-il en visitant la bride du cheval, qu’on venait d’amener, n’est-ce pas une bête admirable ?… Tous ses muscles frissonnent d’impatience ; il semble ne pas pouvoir tenir à la terre.

— Seigneur, le suicide est un crime qui perdrait votre âme, dit le comte de Tripoli.

— Qui meurt pour sa dame assure son salut !

Il passa sa chemise de mailles, ceignit son épée et se coiffa d’un léger casque.

Homphroy se tordait les bras.

— Hugues ! Hugues ! cria-t-il, que je regrette de ne plus vous haïr, puisqu’il me faut endurer une telle angoisse à cause de vous !

— Dieu protège mon amour : j’en ai eu des preuves, vous le savez. J’ai bon espoir.