Page:Gautier - Lettre à la présidente, voyage en Italie. 1850.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


étant en Italie, que ce ne fût un petit pédéraste, un giton embryonnaire, un bardache précoce, un bougre anticipé, qui me tendît le cul avant l’âge, et me conduisît à son anus par le vagin maternel. Il faut dire aussi que les treize redingotes anglaises étaient dans la poche de Louis, et la quatorzième à son membre impérial et triomphant. De vagues visions de capsules gélatineuses et de racines de fraisiers, dansèrent devant mes yeux, et je mis délicatement, dans la main de la jeune personne, ce qu’elle croyait que j’allais lui mettre au cul. Mon index, ou plutôt mon doigt annulaire, convenablement salivé, s’introduisit entre les babouines de sa nature, et quelques frictions voluptueuses sur les petites feuilles du clitoris, développèrent bientôt cet intéressant organe.

Cette jeune élève de Terpsychore, aussi adroite de ses mains que de ses pieds,