Page:Gautier - Mémoires d'un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à me lier d’amitié. Ils me répondirent par d’éclatants coups de trompe que j’entendis encore longtemps en m’éloignant.

Tous les habitants de Bangok étaient dehors, comme le jour de mon triomphe ; en habits de fête ils se dirigeaient vers le palais du roi. Là, un magnifique cortège se forma et se mit en marche, précédé par cent musiciens, habillés de costumes rouges et verts. Le roi était monté dans un houdah d’or ajouré sur un colossal éléphant noir, un géant parmi les éléphants ; à droite et à gauche marchaient le prince et la princesse sur des montures de taille encore plus qu’ordinaire. Le houdah de la fiancée était fermé par des franges de pierreries qui la rendaient invisible ; le prince, jeune et beau, avait une physionomie des plus agréables qui m’inspira tout de suite de la sympathie.

Je venais après le roi, conduit par mon mahout qui marchait à pied et, derrière moi, les mandarins, les ministres, les hauts fonctionnaires se groupaient selon leurs grades, sur des éléphants ou sur des chevaux, suivis de leurs serviteurs, portant derrière chaque seigneur la théière d’honneur, qui à Siam est l’insigne le plus noble, et dont le plus ou moins de richesse fait connaître l’importance du rang de celui qui la possède ; puis, c’étaient les bagages de la princesse : d’innombrables caisses en bois de tek, merveilleusement sculpté.

Les cérémonies du mariage étaient déjà accomplies, elles duraient depuis huit jours. C’était maintenant l’adieu du roi et du peuple à sa princesse, la conduite au quai du départ.

On fit une station à la pagode la plus riche de la ville, celle où l’on vénère un Bouddha taillé dans une émeraude qui n’a pas sa pareille au monde, car elle est haute de près d’un mètre et épaisse comme le corps d’un homme.

On descendit alors par les rues étroites, traversées de ponts et de canaux, sur la rive du fleuve, le large et beau Meï-Nam. Au loin, on voyait les montagnes d’un bleu foncé sur le ciel lumineux : la chaîne aux Trois-Cents-Pics, le Rameau de Sabab, la colline des