Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


place espagnol, refuse de vous conduire devant le moindre monument. Le seul parti qui vous reste à prendre, c’est de dormir comme les autres, et l’on s’y résigne bien vite ; car que faire tout seul éveillé au milieu d’une nation endormie ?

Nos chambres, blanchies au lait de chaux, étaient d’une propreté parfaite. Les insectes dont l’on nous avait fait de si fourmillantes descriptions ne se produisaient pas encore, et notre sommeil ne fut troublé par aucun cauchemar à mille pattes.

À cinq heures du soir, nous nous levâmes pour aller faire un tour en attendant le souper. Ocanha n’est pas riche en monuments, et son plus grand titre à la célébrité, c’est l’attaque désespérée, par les troupes espagnoles, d’une redoute française pendant la guerre de l’invasion. La redoute fut prise, mais presque tout le bataillon espagnol resta sur le carreau. On enterra ces héros chacun à la place où il était tombé. Les rangs avaient été si bien gardés, malgré un déluge de mitraille, qu’on peut les reconnaître encore à la symétrie des fosses. Diamante a fait une pièce intitulée : L’Hercule d’Ocanha, composée sans doute pour quelque athlète d’une force prodigieuse, comme le Goliath du Cirque olympique. Notre passage à Ocanha nous en rappela le souvenir.

L’on achevait la moisson à une époque où le blé chez nous commence à peine à jaunir, et l’on portait les gerbes sur de grandes aires de terre battue, espèce de manège où des chevaux et des mules égrènent les épis sous les trépignements de leurs sabots. Les bêtes sont attelées à une manière de traîneau sur lequel se tient debout, dans une pose d’une grâce hardie et fière, l’homme chargé de diriger l’opération. Il faut beaucoup d’aplomb et de sûreté pour se maintenir sur cette frêle machine, emportée par trois ou quatre chevaux fouettés à tour de bras. Un peintre de l’école de Léopold Robert tirerait grand parti de ces scènes d’une simplicité biblique et primitive. Ici, les belles têtes