Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/205

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Celui-ci, pour ne pas perdre ses frais, avait gardé les mets, et nous les avait fait resservir, en quoi son attente fut trompée, car nous nous levâmes tous, et nous fûmes manger ailleurs. Ce malencontreux dîner a dû être présenté une troisième fois aux voyageurs suivants.

L’on se réfugia dans une posada borgne, où, après une longue attente, l’on nous servit quelques côtelettes, quelques œufs et une salade dans des assiettes écornées, avec des verres et des couteaux dépareillés. Le régal était médiocre, mais il fut assaisonné de tant d’éclats de rire et de plaisanteries sur la fureur comique de l’hôtelier voyant son monde sortir processionnellement, et sur le sort des malheureux à qui il ne manquerait pas de représenter ses poulets étiques rafraîchis pour la troisième fois par un tour de poêle, que nous fûmes dédommagés, et au-delà, de la maigreur de la chère. Quand une fois la première glace de froideur est rompue, les Espagnols sont d’une gaieté enfantine et naïve d’un charme extrême. La moindre chose les fait rire aux larmes.

C’est à Jaën que j’ai vu le plus de costumes nationaux et pittoresques : les hommes avaient, pour la plupart, des culottes en velours bleu ornées de boutons de filigrane d’argent, des guêtres de Ronda, historiées de piqûres, d’aiguillettes et d’arabesques, d’un cuir plus foncé. L’élégance suprême est de n’attacher que les premiers boutons en haut et en bas, de façon à laisser voir le mollet. De larges ceintures de soie jaune ou rouge, une veste de drap brun relevée d’agréments, un manteau bleu ou marron, un chapeau pointu à larges bords, enjolivé de velours et de houppes de soie, complètent l’ajustement, qui ressemble assez à l’ancien costume des brigands italiens. D’autres portaient ce qu’on appelle un vestido de cazador (habit de chasseur), tout en peau de daim, de couleur fauve, et en velours vert.

Quelques femmes du peuple avaient des capes rouges qui piquaient de vives étincelles et de paillettes écarlates le fond plus