Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


hésité à poser le pied, gravi des pentes tellement escarpées que les oreilles de nos chevaux nous touchaient le menton, à travers des rochers, des pierres qui s’écroulaient, le long de précipices effroyables, décrivant des zigzags, profitant du moindre accident de terrain, avançant peu, mais toujours, et montant par degrés vers le sommet, but de notre ambition, et que nous avions perdu de vue depuis que nous étions engagés dans la montagne, parce que chaque plateau dérobe aux yeux le plateau supérieur. Chaque fois que nos bêtes s’arrêtaient pour reprendre haleine, nous nous retournions sur nos selles pour contempler l’immense panorama formé par la toile circulaire de l’horizon. Les crêtes surmontées se dessinaient comme une grande carte géographique. La Vega de Grenade et toute l’Andalousie se déployaient sous l’aspect d’une mer azurée où quelques points blancs, frappés par le soleil, figuraient les voiles. Les cimes voisines, chauves, fendillées et lézardées de haut en bas, avaient dans l’ombre des teintes de cendre verte, de bleu d’Égypte, de lilas et de gris de perle, et dans la lumière des tons d’écorce d’orange, de peau de lion, d’or bruni, les plus chauds et les plus admirables du monde. Rien ne donne l’idée d’un chaos, d’un univers encore aux mains du Créateur, comme une chaîne de montagnes vue de haut. On dirait qu’un peuple de Titans a essayé de bâtir là une de ces tours d’énormités, une de ces prodigieuses Lylacqs qui alarment Dieu ; qu’ils en ont entassé les matériaux, commencé les terrasses gigantesques, et qu’un souffle inconnu a renversé et agité comme une tempête leurs ébauches de temples et de palais. On se croirait au milieu des décombres d’une Babylone antédiluvienne, dans les ruines d’une ville préadamite. Ces blocs énormes, ces entassements pharaoniens réveillent l’idée d’une race de géants disparus, tant la vieillesse du monde est lisiblement écrite en rides profondes sur le front chenu et la face rechignée de ces montagnes millénaires.