Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


où les hommes fleurissent, où le rameau se termine par une main et la jambe par un feuillage, où la chimère à l’œil sournois ouvre ses ailes onglées, où le dauphin monstrueux souffle l’eau par ses fosses. Un enlacement inextricable de fleurons, de rinceaux, d’acanthes, de lotus, de fleurs aux calices ornés d’aigrettes et de vrilles, de feuillages dentelés et contournés, d’oiseaux fabuleux, de poissons impossibles, de sirènes et de dragons extravagants, dont aucune langue ne peut donner l’idée. La fantaisie la plus libre règne dans toutes ces incrustations, à qui leur ton jaune sur le fond sombre du bois donne un air de peinture de vase étrusque bien justifié par la franchise et l’accent primitif du trait. Ces dessins, où perce le génie païen de la Renaissance, n’ont aucun rapport avec la destination des stalles, et quelquefois même, le choix du sujet laisse voir un entier oubli de la sainteté du lieu. Ce sont des enfants qui jouent avec des masques, des femmes qui dansent, des gladiateurs qui luttent, des paysans en vendange, des jeunes filles tourmentant ou caressant un monstre fantastique, des animaux pinçant de la harpe, et même de petits garçons imitant dans la vasque d’une fontaine le fameux Manneken-Pis de Bruxelles. Avec un peu plus de sveltesse dans les proportions, ces figures vaudraient les plus purs étrusques : unité dans l’aspect et variété infinie dans le détail, voilà le difficile problème que les artistes du Moyen Age ont presque toujours résolu avec bonheur. À cinq ou six pas, cette menuiserie, si folle d’exécution, est grave, solennelle, architecturale, brune de ton, et tout à fait digne de servir d’encadrement aux pâles et austères visages des chanoines.

La chapelle du Connétable, capilla del Condestable, est à elle seule une église complète ; le tombeau de don Pédro Fernandez Velasco, connétable de Castille, et celui de sa femme, en occupent le milieu et n’en sont pas le moindre ornement ; ces tombes sont de marbre blanc et d’un travail magnifique. L’homme est couché dans son armure de guerre