Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Un grand escalier du plus beau dessin, avec de magnifiques chimères sculptées, nous tint quelques minutes en admiration. J’ignore où il conduit et sur quelle salle s’ouvre la petite porte qui le termine ; mais il est digne du palais le plus éblouissant. Le grand autel de la chapelle du duc d’Abrantès est une des plus singulières imaginations que l’on puisse voir : il représente l’arbre généalogique de Jésus-Christ. Voici comme cette bizarre idée est rendue : le patriarche Abraham est couché au bas de la composition, et dans sa féconde poitrine plongent les racines chevelues d’un arbre immense dont chaque rameau porte un aïeul de Jésus, et se subdivise en autant de branches qu’il y a de descendants. Le faîte est occupé par la sainte Vierge, sur un trône de nuages ; le soleil, la lune et les étoiles, argentés et dorés, scintillent à travers les efflorescences des rameaux. Ce qu’il a fallu de patience pour découper toutes ces feuilles, fouiller ces plis, évider ces branches, détacher du fond tous ces personnages, on n’ose y songer qu’avec effroi. Ce retablo, ainsi travaillé, est grand comme une façade de maison, et s’élève pour le moins à trente pieds de haut, en y comprenant les trois étages, dont le second renferme le Couronnement de la Vierge, et le dernier un Crucifiement avec saint Jean et la Vierge. L’artiste est Rodrigo del Haya, sculpteur qui vivait dans le milieu du XVIme siècle.

La chapelle de sainte Thècle est tout ce qu’on peut imaginer de plus étrange. L’architecte et le sculpteur semblent s’être donné pour but le plus d’ornements possible dans le moins d’espace possible ; ils y ont parfaitement réussi, et je défierais l’ornemaniste le plus industrieux de trouver dans toute la chapelle la place d’une seule rosace ou d’un seul fleuron. C’est le mauvais goût le plus riche, le plus adorable et le plus charmant : ce ne sont que colonnes torses entourées de ceps de vignes, volutes enroulées à l’infini, collerettes de chérubins cravatés d’ailes, gros bouillons de nuages, flammes de cassolettes en coup de vent, rayons ouverts