Page:Gautier - Voyage en Espagne.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


arrive quelquefois, et lui enfonce traîtreusement par derrière un poignard cylindrique terminé en lancette, qui coupe la moelle épinière et enlève la vie avec la rapidité de la foudre : le bon endroit est derrière la tête, à quelques pouces de la raie des cornes.

La musique militaire sonna la mort du taureau ; une des portes s’ouvrit, et quatre mules harnachées magnifiquement avec des plumets, des grelots et des houppes de laine, et de petits drapeaux jaunes et rouges, aux couleurs d’Espagne, entrèrent au galop dans l’arène. Cet attelage est destiné à enlever les cadavres qu’on attache au bout d’une corde munie d’un crampon. On emporta d’abord les chevaux, puis le taureau. Ces quatre mules éblouissantes et sonores qui traînaient sur le sable, avec une vélocité enragée, tous ces corps qui couraient eux-mêmes si bien tout à l’heure, avaient un aspect bizarre et sauvage, qui dissimulait un peu le lugubre de leurs fonctions ; un garçon de service vint avec une corbeille pleine de terre et saupoudra les mares de sang où le pied des toreros aurait pu glisser. Les picadores reprirent leurs places à côté de la porte, l’orchestre joua une fanfare, et un autre taureau s’élança dans l’arène ; car ce spectacle n’a pas d’entracte, rien ne le suspend, pas même la mort d’un torero. Comme nous l’avons dit, les doublures sont là tout habillées et armées en cas d’accidents. Notre intention n’est pas de raconter successivement la mort des huit taureaux qui furent sacrifiés ce jour-là ; mais nous parlerons de quelques variantes et incidents remarquables.

Les taureaux ne sont pas toujours d’une grande férocité ; quelques-uns même sont fort doux et ne demanderaient pas mieux que de se coucher tranquillement à l’ombre. L’on voit à leur mine honnête et débonnaire qu’ils aiment mieux le pâturage que le cirque : ils tournent le dos aux picadores et laissent avec beaucoup de flegme les chulos leur secouer devant le nez leurs capes de toutes couleurs ; les banderillas ne suffisent pas même à les tirer de leur apathie ; il