Page:Geniaux - Les Ames en peine.djvu/22

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


mauvaise foi qui ne nous pardonnent point d’être leurs supérieurs par le grade et la science, déclara Jean, nous avons décidé que nous irions chercher un engagement à Marseille.

Maharit ne semblait contrariée d’un échec qui lui laissait ses fils et elle dit :

— Et si les directeurs des compagnies de Marseille s’inquiètent de votre passé, comme c’est probable, vous risquez le même refus qu’à Quimper.

— Alors que faire ? fit Julien désolé.

— Ce qu’il faut faire ? Ne pas vous éloigner de Ploudaniou si vous ne tenez pas à nous perdre, déclara Nonna avec émotion.

Les bras croisés, Julien et son frère, troublés, répétèrent :

— Il faut pourtant vivre ! Le long cours, c’est notre métier.

— Eh bien, abandonnez-le, s’écria Nonna et faites-vous instituteurs dans ce pays. Cela vous serait aisé, vous êtes capables d’obtenir votre brevet.

Jean et Julien aimaient de tout leur cœur candide Nonna et Anne. Leur proposition imprévue et le récit qu’elles venaient de leur faire d’une tentative d’accordailles de Gourlaouen et Nédélec, les bouleversaient.

— Ces filles ont raison, prononça énergiquement Job. Pardieu, oui ! devenez instituteurs et vous serez encore les premiers parmi tous les « chinchards » de cette côte Hein ! une belle école blanche, un jardin, une maison soignée. Je vous aperçois d’ici.

D’une voix paisible Jean répondit à Job :

— Je vous honore comme je le dois, mon père, mais, pourtant, songez-y, par mes études j’étais devenu maître au cabotage et j’avais obtenu la place de capitaine en second. C’est quelque chose ! sans compter qu’un capitaine finit par gagner plus qu’un instituteur !

Nonna et Anne avaient pris affectueusement les mains des jeunes gens et les obligèrent à s’asseoir près d’elles sur un banc-coffre sculpté de fleurettes et d’oiseaux de l’invention du sabotier. Un long silence suivit.

À plusieurs centaines de toises dans le palus hérissé de joncs et de tamaris qui séparait la chaumière du bourg, d’aigres chants d’enfants s’élevèrent. Le brouillard parut