Page:Geniaux - Les Ames en peine.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’être au bout de votre misère et d’avoir besoin de notre aide immédiate, levez les trois feux simultanément et nous accourrons, quoi qu’il arrive, au péril de nos vies », nous ont dit nos garçons. Le voulez-vous, mes filles ?

— Il le faut, déclara résolument Nonna ou bien nous sommes perdues pour eux.

— Adressons donc à nos capitaines le signe d’alarme, fit Maharit.

Ayant enfilé les trois anneaux des lanternes sur un bâton dont il saisit des mains les extrémités, Job, monté sur un escabeau, les fit briller à la vue de l’Atlantique. Bientôt les flammes de bâbord et de tribord du navire s’éteignirent et ce fut la nuit noire.

— Ils ont compris ! Ils vont donc venir ! Oh ! Corps de Dieu, soyez-leur propice !

— Vraiment ! Ils viennent ? demandaient les jeunes filles frémissantes. Pourvu que…

Penchée sur l’allège de la croisée, Maharit essayait de percer les ténèbres de l’océan. Tout à coup, elle murmura :

— Misère de sort ! je ne sais ce qui se passe au phare de Ploudaniou. Je vois autour de la galerie de sa lanterne courir quelques ombres. M’est avis que le gardien de veille aura surpris nos signaux et les gabelous sont prévenus. Ces gens-là doivent croire à quelque tentative de contrebande. Ils vont arriver avec leurs fusils ! Seigneur ! s’ils allaient tirer sur le canot de mes fils qui ne se défient pas de ce danger !…

Les jeunes filles avaient joint les mains dans un mouvement de frayeur. Anne prononça :

— Qu’ils renoncent à venir vers nous, quelque peine que nous en éprouvions. Vous devez bien avoir un moyen de les aviser. Ah ! pressez-vous de lever vos lanternes.

Job gronda :

— Paix ! ho ! paix, là ! mes belles ! Si l’on suivait le premier mouvement des femmes, on se jetterait à la mer pour se sécher. D’ailleurs, il est trop tard pour donner contre-ordre à Jean et à Julien. Les feux de leur bord sont éteints, c’est qu’ils sont en route. Je n’ai aperçu autour de la lanterne du phare que les oiseaux qui, chaque nuit, arrivant du large, viennent y donner du bec comme des fous. Tes gabelous