Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 2.djvu/283

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qui entreprit une expédition contre les Phéniciens et les Juifs. Nous savons que cette guerre avait été prédite par nos prophètes et quelle arriva longtemps après Moïse, environ soixante-dix ans avant l’empire des Perses. Or, Bérose est un écrivain très-savant, comme nous l’apprend Juba, qui a écrit deux livres sur les affaires d’Assyrie, et qui déclare n’avoir appris l’histoire que de Bérose.

XXXVII. Après les Chaldéens, voici quelle est l’histoire des Phéniciens : Ils eurent trois historiens nommés, Théodote, Hypsicrate et Mochus, dont les livres ont été traduits en grec par Latus, qui a écrit aussi avec soin l’histoire des philosophes. Dans ces histoires, il est parlé de l’enlèvement d’Europe, de l’arrivée de Ménélas en Égypte, et des belles actions de Chirame, qui donna sa fille en mariage à Salomon, roi des Juifs, et qui fournit tous les bois nécessaires pour la construction du temple. Ménandre de Pergame écrit la même chose ; or, Chirame vécut peu de temps après la guerre de Troie, et Salomon, son contemporain vécut bien longtemps après Moïse.

XXXVIII. Les Égyptiens ont aussi leur histoire écrite avec beaucoup de soin par Ptolémée, non point celui qui fut roi, mais celui qui fut prêtre sous le nom de Mendésius. Cet historien, racontant les hauts faits des rois d’Égypte, témoigne que sous le règne d’Amos, roi des Égyptiens, les Juifs, conduits par Moïse, sortirent de ce royaume pour aller dans les lieux qu’ils habitèrent dans la suite. Or, voici ce qu’il ajoute : « Amos, dit-il, était le contemporain d’Inachus. » Après cet historien, le grammairien Appion, homme très-savant, dans son quatrième livre de l’histoire des Égyptiens, écrite en cinq livres, raconte entre autres choses qu’Avaris détrôna Amos, contemporain d’Inachus, roi des Grecs, comme le témoigne Ptolémée Mendésius dans ses Annales. Or, le temps qui s’est écoulé depuis Inachus jusqu’à la ruine de Troie comprend vingt règnes, dont voici l’énumération :

XXXIX. Les rois des Grecs qui régnèrent dans cet intervalle furent Inachus, Phoronée, Apis, Chriasis, Triopas, Argius, Phorbas, Crotopas, Sténélas, Danaüs, Lyncée, Prète, Abas, Achrisius, Persée, Sténélaus, Arreus, Thyeste et Agamemnon, qui prit la ville de Troie la dix-huitième année de son règne. Or, l’homme qui réfléchit remarquera qu’il n’existe aucun monument historique de ce temps-là chez les Grecs, comme ils en conviennent eux-mêmes. En effet, Cadmus, qui leur enseigna l’art de l’écriture, ne vint en Béotie que plusieurs années après ; et ce n’est que sous le règne de Phoronée, successeur d’Inachus, que les Grecs quittèrent enfin la vie sauvage des