Page:George Péries- La Faculté de droit dans l'ancienne Université de Paris, (1160-1793), 1890.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION

Le présent travail est consacré à une étude historique très succincte de l'ancienne Faculté de droit à Paris. Nous ne nous dissimulons assurément pas les difficultés au-devant desquelles nous courons et nous sommes loin de prétendre avoir mené à terme une œuvre définitive. C’est avec cette persuasion que nous recommandons dès à présent nos efforts à la bienveillance des savants professeurs qui nous ont toujours encouragé jusqu’ici. Nous reconnaissons donc bien humblement que nous ne supposons pas avoir écrit une monographie complète. Beaucoup de détails manquent et manqueront probablement toujours, par suite de la disparition de nombreux manuscrits relatifs à la constitution et au fonctionnement de cette vénérable école, et parmi ceux qui demeurent, il a été nécessaire de faire un choix pour ne pas trop sortir des limites qui nous sont tracées. Malgré cette préoccupation, le nombre des pièces réunies dans les pages qui vont suivre, et celui des citations fréquentes qu’il nous faudra faire sera relativement considérable. Il ne faudrait pas en le constatant, qu’on s’imagine que nous avons reculé devant un travail personnel et proprement historique pour nous borner à un recueil incomplet de documents. Entreprendre une œuvre dans ces conditions, serait abdiquer à l’avance la plus noble partie de notre rôle. Ces différents renseignements rassemblés et comparés sont, il est vrai, la base de notre étude, mais s’il a fallu citer textuellement, nous avons du moins essayé de faire sortir du rapprochement de ces divers passages, le récit exact des principaux faits accomplis et surtout leurs conséquences scientifiques. Au milieu des situations variées qu’a traversées la Faculté de droit canonique de Paris, nous suivrons sans arrêt depuis le Moyen Age jusqu’à la Révolution les traces quelquefois glorieuses, souvent honorables, laissées par son enseignement. Sans doute la com-