Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
204
ESCAL-VIGOR

taient mon insomnie.

Te rappelles-tu l’enfant que tu arrachas un jour de mes bras ? Rageur, je te frappai d’un couteau, et, cependant, tu n’avais pas lu dans mon arrière-pensée ! Un autre jour, quand nous habitions encore à la ville, j’accostai un jeune rôdeur du port, déguenillé comme les petits coureurs des grèves de Klaarvatsch. Aiguillonné par une perversion abominable, j’allais l’emporter à l’écart, derrière un monceau de ballots.

Je soulevai le mioche sur mes bras : le garçonnet souriait à pleines lèvres, il n’avait point peur, quoique je dusse avoir, en ce moment, la face congestionnée d’un apoplectique strangulé par l’asphyxie. Le monsieur voulait jouer sans doute et lui donnerait ensuite la pièce. L’enfant était potelé comme une pêche, aussi brun que ses haillons de velours, et ses yeux marrons pétillaient d’espiègle caresse. Tandis que je pressais le pas, la gorge sèche, il se mit même, câlin, à me tirer la barbiche. Le voile de soufre et de bitume se déchira devant mes yeux. Je me rappelai mon enfance, ma grand’mère, toi, Blandine, mon ange ! Non, non ! Je déposai le petiot et m’enfuis. Depuis lors je répudiai ces sinistres suggestions enfantées par la foi catho-