Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
24
ESCAL-VIGOR

comices en question. Mais l’affabilité du jeune comte avait bientôt fait oublier à Govaertz cette petite diminution d’autorité. Puis, auparavant, il ne siégeait dans la wateringue que comme représentant du Dykgrave, tandis que comme juré il avait droit d’initiative et voix délibérative dans le chapitre. De plus, n’avait-il point été récemment élu bourgmestre de la paroisse ? Gros paysan, quadragénaire de belle prestance, pas méchant, mais vaniteux, de caractère nul, il avait été extrêmement flatté d’être invité au château et d’occuper, avec sa fille, la tête de la table. Soutenu par ses compères, surtout stylé et instigué par sa fille, la non moins ambitieuse mais plus intelligente Claudie, il incarnait les prérogatives et les immunités civiles et tenait frondeusement tête au pasteur Bomberg. Un instant, il craignit que le comte de Kehlmarck ne profitât de son influence pour se faire nommer magistrat du village. Mais Henry abhorrait la politique, les compétitions qu’elle engendre, les bassesses, les intrigues, les compromissions qu’elle impose aux hommes publics. De ce côté, Govaertz n’avait donc rien à craindre. Aussi résolut-il de se faire un ami et un allié du grand seigneur, pour réduire le dominé à l’impuissance. Cette attitude lui avait été recom-