Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
70
ESCAL-VIGOR

veaux désagréments, une aggravation de peine.

Mais la pauvresse avait compté sans les délations de la nature. Elle devint grosse.

La marâtre, pharisiennement vertueuse, jeta les hauts cris, s’arracha les cheveux, feignit de désespérer, mais elle était enchantée de cette occasion plausible de sévir contre sa victime, de donner libre cours à ses instincts dénaturés. Peut-être même, en envoyant cette enfant avec les « pays de roses » avait-elle espéré qu’on la lui déflorerait !

— Jour du jugement et de la damnation ! fulminait cette mégère. Honte et triple scandale ! C’en est fait de notre bon renom ! Catin des catins ! Quel exemple pour tes frères et sœurs ! Il est heureux pour toi que ton honnête homme de père soit mort. Il t’aurait crevée comme une chienne que tu es !

Elle la somma de s’expliquer :

— Son nom ? Me diras-tu son nom ?

— Jamais, pardonnez-moi de vous désobéir, ma mère.

— Son nom ! Parleras-tu ? Tiens !

Une gifle, puis une seconde.

— Son nom ?

— Non, mère.