Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
73
ESCAL-VIGOR

Van !… Vanne !… Vanvarla !
Balle !… Vole ! Vanci ! Vania !
Vanne !… Ave !… Maris !… Stella !

La voyant tout en sang, la forcenée la traîna dans l’auge à porcs, l’y enferma, et lui fit apporter par l’un des enfants une cruche d’eau et un quignon de pain. Le lendemain, la maraîchère tenta de revenir à la charge, mais elle eût succombé elle-même avant de tirer de Blandine ce qu’elle voulait savoir.

De guerre lasse, la vertueuse paysanne fit entreprendre sa fille par le curé.

Celui-ci fut paterne et patelin :

— Qu’est-ce à dire, petite Blandine, me faut-il croire ce que raconte votre digne mère ? On fait la méchante tête !… On se révolte. Après avoir fauté on refuse de dire son complice… Ah, c’est mal, bien mal cela !

— Mon père, j’ai avoué ma faute à ma mère et suis prête à vous la confesser, mais la délation me répugne…

— Tout beau, ma fille ! Comme nous nous exaltons ! Et si moi, votre pasteur, j’estimais qu’il vous faut nous livrer le nom de ce malfaiteur…

— Je refuserais tout de même, monsieur le curé.

6