Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
74
ESCAL-VIGOR

Et comme le prêtre, interloqué par cette insubordination, lui lançait un regard dur, Blandine éclata en sanglots :

— Oui, je refuserais, monsieur le curé, ce nom je ne le dirais même pas au bon Dieu si sa providence l’ignorait ! Cet homme est déjà bien assez malheureux ! Le nommer serait lui valoir une nouvelle condamnation. On le retiendrait plus longtemps en prison à cause de moi !…

La candide enfant avait été bien édifiée depuis ces derniers jours sur les lois humaines et les conventions du juste et de l’injuste.

— Mais, objecta le prêtre, vous l’aimez donc ce misérable !

— Je ne sais si je l’aime, mais je ne le hais point.

— Il vous a cependant fait du mal, mon enfant !

— Peut-être… Je veux même le croire, puisque vous l’affirmez ; mais, monsieur le curé, n’est-il pas dit dans le catéchisme que nous devons pardonner à nos ennemis, chérir jusqu’à ceux qui nous haïssent !…

Le prêtre maugréa, mais n’insista point.

La paysanne, curieuse et salace, changeant de tactique voulut au moins savoir si l’enfant avait été prise par violence.