Page:Georges Eekhoud - Escal-Vigor.djvu/83

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
75
ESCAL-VIGOR

Blandine, pour mieux dépister les limiers de justice et pallier la faute du pauvre diable, prétendit ne pas avoir essayé de se dérober à son attentat.

Mais un moment, la marâtre persistant à soupçonner l’un ou l’autre « pays de roses », la pauvre Blandine avait éprouvé de douloureux scrupules. En refusant de livrer le vrai coupable, n’exposait-elle point ces braves gars à être inquiétés, condamnés peut-être ? Heureusement il leur fut facile, à tous, d’établir leur parfaite innocence.

Les dignes garçons étaient extrêmement marris de l’aventure, surtout celui qui s’était proposé de reconduire Blandine et qui s’en voulait à présent de ne pas l’avoir accompagnée malgré elle.

Des fois aussi, la magnanime enfant entretint l’envie de se mettre à la recherche de celui qui l’avait déshonorée, de celui qui n’oserait pas réparer sa faute, non seulement parce qu’il avait commis un crime aux yeux des hommes, mais parce qu’aux yeux de la foule, la condition d’un bâtard et d’une fille-mère serait préférable à celle du fils légal et de la compagne légitime du voleur et du vagabond. Blandine de plus en plus exaltée se sentait de taille à marcher à l’encontre de toute convention injuste, religieuse ou sociale.