Page:Gibbon - Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, traduction Guizot, tome 2.djvu/394

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de l’Espagne et de la Bretagne, pleins du sentiment de son mérite et du bonheur dont ils jouissaient, ne songeaient qu’avec anxiété à la santé languissante de leur souverain, et ils envisageaient avec inquiétude l’âge encore tendre des enfans qu’il avait eus de son second mariage avec la fille de Maximien.

De Galère.

Les qualités de Constance formaient un contraste frappant avec le caractère dur et sévère de son collègue. Galère avait des droits à l’estime de ses sujets ; il daigna rarement mériter leur affection. Sa réputation dans les armes, et surtout le succès brillant de la guerre de Perse, avaient enorgueilli son esprit naturellement altier, et qui ne pouvait souffrir de supérieur ni même d’égal. S’il était possible de croire le témoignage suspect d’un écrivain peu judicieux, nous pourrions attribuer l’abdication de Dioclétien aux menaces de Galère, et il nous serait facile de rapporter les particularités d’une conversation secrète entre ces deux princes, dans laquelle le premier montra autant de faiblesse que l’autre développa d’ingratitude et d’arrogance[1]. Mais un

    torum studens, fisci commoda non admodium affectans ; ducensque meliùs publicas opes à privatis haberi, quàm intra unum claustrum reservari. » (Id. ibid.) Il portait la pratique de cette maxime si loin, que toutes les fois qu’il donnait un repas, il était obligé d’emprunter de la vaisselle.

  1. Lactance, De mort. persec., c. 18. Quand les particularités de cette conversation se rapprocheraient davantage de la bienséance et de la vérité, on pourrait toujours demander comment elles sont parvenues à la connaissance