Page:Gide - Principes d’économie politique.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faire passer ces industries de la catégorie des industries simplement extractives dans celles des industries agricoles, mais ici encore nous rencontrons une limite.

Toute terre ne contient qu’une certaine quantité d’éléments assimilables par les plantes (calcaires, nitrates, phosphates, etc.) que chaque récolte lui enlève petit à petit. Il est vrai que l’art de l’agriculteur vise non pas seulement à restituer à la terre les éléments qui lui sont enlevés, mais encore à enrichir en lui apportant des éléments nouveaux. Mais il faut remarquer que les sources auxquelles puise l’agriculteur pour enrichir son sol sont elles-mêmes limitées, puisque les engrais naturels ne font que restituer à la terre une partie de ce que les bestiaux ont consommé, et les engrais chimiques sont des minerais (phosphates, nitrates, guano, etc.) dont les gisements sont rares et rapidement épuisables.

De plus, à la différence du manufacturier qui manie les forces physico-chimiques, l’agriculteur est réduit à un rôle qui est presque passif : il regarde la nature accomplir son œuvre suivant des lois qu’il ne connaît guère et qu’en tous cas il ne peut changer. Il lui faut attendre patiemment de longs mois avant que le grain qui dort dans le sillon se son transformé en épi et de longues années avant que le gland soit devenu chêne. Tout être vivant, en effet, animal ou plante, a besoin d’une certaine place pour se nourrir, du certain temps pour se développer. Au contraire, l’industriel dans ses manufactures fait subir à la matière des transformations qui sont en général fort simples et dont il connaît les lois. Il a pour auxiliaires des forces domestiques qui travaillent sous ses ordres avec une précision mécanique. Il n’est pas enfermé dans le cycle inexorable des saisons été et hiver, jour et nuit, il peut chauffer ses fourneaux ou faire marcher ses métiers[1].

  1. On peut se poser toutefois la question suivante. Puisque la limitation que rencontre l’industrie agricole tient à ce fait qu’elle opère sur des êtres vivants, pourquoi n’essaierait-elle pas de surmonter cet obstacle, en se passant hardiment du concours que lui apportent les forces mystérieuses de la vie et en s’efforçant de fabriquer de toutes pièces les