Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ment une intelligence supérieure encore à la sienne ; et c’est pourquoi les vrais intelligents sont modestes.

L’égalité d’un vol, sa constance, c’est un certain rapport entre la dimension de l’aile et le poids du corps qui l’obtient. L’allure fantasque de certains esprits sans poids rappelle le vol de ces papillons aux ailes énormes et dont le moindre battement emporte tout l’être, sans ébranler l’air autour d’eux.

Maintenir l’art à l’échelle de l’homme. La minutie de Proust peut amuser l’esprit, et faire plus : elle le