Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

les pièces de vers où certain intérêt sentimental semble risquer de compromettre à ses yeux la pureté du verbe et la splendeur de la forme. Certains poèmes des Contemplations ne le cèdent en rien même à ce poème pour le Tombeau de Gautier que Valéry met au-dessus de tous les autres. Je sens bien que ce qu’il croit que j’y admire (dans les poèmes des Contemplations) c’est précisément cette sentimentalité qui l’y gêne, et qui risquerait, en effet, de compromettre la beauté du vers sans l’extraordinaire maîtrise de Hugo ; mais au seul point de vue du métier, peut-on citer rien de plus habile (et j’emploie ce mot pour plaire à Valéry) que les Paroles sur la Dune, et trouvera-t-on