Page:Gide - Un esprit non prévenu, 1929.djvu/81

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Alcmène, la mère d’Hercule, est restée vertueuse alors même qu’elle accueillait Jupiter, puisque c’est la figure du mari que Jupiter dut emprunter pour la séduire. Sa bonne foi conjugale est surprise ; l’adultère se glisse à l’abri du devoir. Hercule entre le vice et la vertu, quand plus tard au carrefour il hésite, le sang de sa mère choisit. J’ai déjà dit tout cela quelque part.

« Hérédité, le seul dieu dont nous connaissions le vrai nom », disait Wilde. Pour ne pas le nommer, les Grecs le connaissaient bien, eux aussi.

Les livres que j’ai lus à ce sujet m’ont beaucoup gêné — j’entends :