Page:Girardin - La Canne de M. de Balzac.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le laboratoire diplomatique, qu’on appelle à Paris la boutique ministérielle, qu’on nomme en Europe le cabinet des Tuileries.

Plusieurs hommes étaient déjà réunis dans ce salon. Le ministre, que Tancrède escortait comme un recors invisible, était évidemment en retard ; chez lui c’était un système. Si l’exactitude est la politesse des rois, l’inexactitude est, au contraire, l’habileté des ministres, de ceux du moins qui sont influents. D’abord elle ajoute à leur importance ; ensuite un homme ingénieux, qui a les idées, ne risque rien de laisser les autres épuiser les mots, discuter longtemps, retourner, embrouiller les questions que lui seul sait pouvoir résoudre. C’est un avantage que d’arriver sain et frais d’esprit au milieu de gens fatigués, dégoûtés de leurs opinions par toutes les objections qu’elles ont essuyées ; c’est un beau rôle à jouer ; il semble toujours qu’on rallie les camps divers ; on est toujours l’épée qui fait pencher la balance. C’est très-adroit, mais pour cela il faut être homme d’importance ; car il est force gens que l’on n’attendrait pas, des malheureux que