Page:Girardin - La Canne de M. de Balzac.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


combattu entre la curiosité d’écouter tout ce qu’on allait dire et la honte de commettre un espionnage indigne de lui.

Enfin, il capitula avec sa conscience.

— L’espionnage, se dit-il, consiste à répéter, et non pas à savoir.

Et il se disposa à écouter.

Par malheur, en se promenant dans l’hôtel du ministère, il avait eu froid. Ce froid avait réveillé un gros rhume qu’il combattait depuis huit jours et qui semblait l’avoir oublié un moment. C’était un de ces beaux rhumes qui font scandale au spectacle et à l’Académie, une de ces toux opiniâtres qu’on appelle quintes pendant toute la première jeunesse, mais qui, vers la fin de la vie, sont respectées sous le nom plus imposant de catarrhes.

Tancrède lutta d’abord avec la quinte ennemie, il étouffait et suffoquait ; bientôt le combat devint impossible, il toussa, il toussa hardiment, et se livra à toute la frénésie de son rhume.

Le roi était occupé à lire, il parcourait un travail qu’un des ministres venait de lui re-