Page:Girardin - La Canne de M. de Balzac.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


M. de Balzac sourit, mais il est inquiet.

— Quelle idée peut avoir ce jeune homme ? pense-t-il.

Cependant l’intrépide Tancrède ne désespère pas encore de réussir ; il revient à la charge, et, s’approchant du célèbre écrivain, il dit tout bas d’un ton d’oracle :

— Ce refus est un aveu, monsieur ; j’ai votre secret ; mais croyez que je saurai le respecter.

M. Balzac paraît de plus en plus troublé.

— Rassurez-vous, monsieur, continua Tancrède, je n’abuserai point d’une découverte due au hasard… Je comprends parfaitement que vous ne puissiez consentir à vous séparer d’une canne si précieuse, surtout en faveur d’un inconnu ; je sais combien j’ai été indiscret de vous l’avoir demandée, et je vous prie de recevoir mes excuses.

— Sans doute, monsieur, répond alors M. de Balzac, évidemment fort agité, cette demande m’a paru singulière ; mais, si je savais le motif qui vous a fait me l’adresser, je pourrais…