Page:Giraudoux - Électre.djvu/103

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


presque évanouie dans mes bras. On eût dit de joie ou d’horreur.

ÉLECTRE. – C’était de joie et d’horreur… Es-tu fort ou faible, Oreste ?

ORESTE. – Dis-moi ton secret, et je vais le savoir.

ÉLECTRE. – Je ne connais pas mon secret encore. Je n’ai que le début du fil. Ne t’inquiète pas. Tout va suivre… Méfie-toi. La voilà.

Apparaît au fond Clytemnestre.



Scène XI


Électre, Clytemnestre, Oreste, le mendiant.


CLYTEMNESTRE. – Ainsi c’est toi, Oreste ?

ORESTE. – Oui, mère, c’est moi.

CLYTEMNESTRE. – C’est doux, à vingt ans, de voir une mère ?

ORESTE. – Une mère qui vous a chassé, triste et doux.