Page:Giraudoux - Électre.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉLECTRE. – Que les humains sont bons, après tout, que la vie après tout est bonne !

ORESTE. – N’est-ce pas vrai ?

ÉLECTRE. – Que ce n’est pas un mauvais sort que d’être jeune, beau et prince. D’avoir une sœur jeune et princesse. Qu’il suffit de laisser les hommes à leurs petites occupations de bassesse et de vanité, de ne pas presser sur les pustules humaines, et de vivre des beautés du monde !

ORESTE. – Et ce n’est pas ce que tu me dis ?

ÉLECTRE. – Non. Je te dis que notre mère a un amant.

ORESTE. – Tu mens ! C’est impossible !

PREMIÈRE EUMÉNIDE. – Elle est veuve. Elle a bien raison.

ÉLECTRE. – Je te dis que notre père a été tué !

ORESTE. – Tué, Agamemnon !

ÉLECTRE. – Poignardé par des assassins.

DEUXIÈME EUMÉNIDE. –