Page:Giraudoux - Électre.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉLECTRE. – Moi, je ne connais pas mon père ?

CLYTEMNESTRE. – D’un père que, depuis l’âge de cinq ans elle n’a ni vu ni touché !

ÉLECTRE. – Moi, je n’ai pas touché mon père !

CLYTEMNESTRE. – Tu as touché un cadavre, une glace qui avait été ton père. Ton père, non !

ÉGISTHE. – Je vous en prie, Clytemnestre. Qu’allez-vous discuter en une heure pareille !

CLYTEMNESTRE. – Chacun son tour de discuter. Cette fois c’est moi.

ÉLECTRE. – Pour une fois tu as raison. C’est là la vraie discussion. De qui me viendrait ma force, de qui me viendrait ma vérité, si je n’avais pas touché mon père vivant ?

CLYTEMNESTRE. – Justement. Aussi tu divagues. Je me demande même si tu l’as