Page:Giraudoux - Électre.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de troisième ordre. J’en suis personnellement désolé, en raison de la vive estime que je porte aux Théocathoclès, mais la dynastie n’y risquera plus rien, ni l’État, ni la ville.

LE MENDIANT. – Et l’on pourra bien peut-être la tuer un petit peu aussi, si l’occasion s’en présente.

ÉGISTHE. – J’ai dit… Tu peux aller chercher Clytemnestre et Électre. Elles attendent.

LE MENDIANT. – Ce n’est pas trop tôt. Sans vous faire de reproches la conversation manquait de femmes.

ÉGISTHE. – Vous allez en avoir deux, et qui parlent.

LE MENDIANT. – Et qui vont se disputer un peu, j’espère.

ÉGISTHE. – On aime parmi les vôtres quand les femmes discutent ?

LE MENDIANT. – On adore. Cet après-midi, ils m’ont laissé entrer dans une maison où l’on discutait aussi. C’était bien moins