Page:Giraudoux - Électre.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉLECTRE. – Je ne suis pas ta petite Électre. À frotter ainsi tes deux enfants contre toi, ta maternité se chatouille et s’éveille. Trop tard.

CLYTEMNESTRE. – Je t’en supplie.

ÉLECTRE. – C’est cela ! Ouvre les bras tout grands. Voilà comme tu as fait ! Regardez tous ! C’est juste ce que tu as fait !

CLYTEMNESTRE. – Partons, Égisthe…

Elle sort.

LE MENDIANT. – J’ai idée qu’elle aussi a peur, la mère.

ÉGISTHE, au mendiant. – Vous dites, vous ?

LE MENDIANT. – Moi, je ne dis rien. Je ne dis jamais rien… À jeun, je parle. À jeun, on n’entend que moi… Mais j’ai bu un peu aujourd’hui…



Scène V


Électre, le mendiant, le jardinier, l’étranger, Agathe Théocathoclès.


AGATHE. – Voici le bon moment… Égisthe n’est plus là. Disparais, jardinier !

LE JARDINIER. –