Page:Giraudoux - Électre.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Clytemnestre, Électre, Oreste, le mendiant.


CLYTEMNESTRE. – Électre !

ÉLECTRE. – Ma mère !

CLYTEMNESTRE. – Reprends ta place au palais. Quitte ce jardinier. Viens.

ÉLECTRE. – Le jardinier n’est plus ici, ma mère.

CLYTEMNESTRE. – Où est-il ?

ÉLECTRE. – Il m’a cédée à cet homme.

CLYTEMNESTRE. – À quel homme ?

ÉLECTRE. – À cet homme-là, qui maintenant est mon mari.

CLYTEMNESTRE. – L’heure n’est pas aux plaisanteries. Viens.

ÉLECTRE. – Comment venir ? Cet homme me tient la main.

CLYTEMNESTRE. – Hâte-toi.

ÉLECTRE. – Tu sais, mère, ces étrivières que l’on passe aux jambes des pouliches pour les empêcher de courir. Cet homme me les passe aux chevilles.