Page:Giraudoux - Amphitryon 38.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


JUPITER. — Thèbes ne risque vraiment rien aujourd’hui.

ALCMÈNE. — Pourquoi faut-il qu’Alcmène risque davantage ? Pourquoi faut-il que vous me torturiez, que vous brisiez un couple parfait, que vous preniez un bonheur d’un instant, et laissiez des ruines !

JUPITER. — C’est là tout l’amour…

ALCMÈNE. — Et si je vous offrais mieux que l’amour ? Vous pouvez goûter l’amour avec d’autres. Mais je voudrais créer entre nous un lien plus doux encore et plus puissant : seule de toutes les femmes je puis vous l’offrir. Je vous l’offre.

JUPITER. — Et c’est ?

ALCMÈNE. — L’amitié !

JUPITER. — Amitié ! quel est ce mot ? Explique-toi. Pour la première fois, je l’entends.

ALCMÈNE. — Vraiment ! Oh ! alors