Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Henriette.

Quand nos mains se donnaient l’étreinte fraternelle
Dans ta petite chambre. Ah ! que nous nous aimions,
Henri ! La nuit venait doucement, nous rêvions,
Et le même sourire illuminait nos lèvres.


Henri.

Puis, comme pour payer les bijoux des orfèvres
L’amour ne suffit pas… Ah ! comme j’ai pleuré !
Si tu savais combien j’étais désespéré !


Henriette.

Qu’il fait chaud ! Sous le poids de l’air trop lourd, on plie.
Et vous êtes venu… seul ? Est-elle jolie ?


Henri.

Qu’irait-on faire au bois tout seul ! J’ai sous le bras
Dix-huit ans en jupons.


Henriette.

Dix-huit ans en jupons.Tu me la montreras.
Comment la nommes-tu ?


Henri.

Comment la nommes-tu ? Blondine.