Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/46

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Pontchartrain.

Hé ! diable ! Il tombe aux pieds de mon épouse, puis
Dit qu’il l’aime. Je suis calme autant que je puis,
Je parle doucement d’abord ; monsieur m’envoie
Haranguer les moineaux, et veut que je le voie
Tranquillement conter ses fleurettes en l’air.


Marcel.

Allons, modérez-vous, monsieur, vous avez l’air
D’un dentiste enrhumé. Soyez donc plus auguste.


Henri.

Les ennuis sont un vin que le sage déguste
Quand le moment en vient. Mon oncle, dégustez.

À Marcel.

Mais qui peut vous conduire à ces extrémités
D’aller faire la cour à ma tante ?


Marcel.

D’aller faire la cour à ma tante ? La faute
De tout ceci, monsieur, sur le soleil ressaute.
Que faire un jour de juin, lorsqu’on est dans les champs,
Qu’autour de vous, partout, sur les coteaux penchants,
Sur la route, on entend jaser sous les ombrelles
Des couples de ramiers avec leurs tourterelles ?