Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Henriette, souriant.

Ah ! Blondine !


Henri, à Blondine.

Ah ! Blondine ! Voilà, ma chère. Un contre-temps
Survient dans nos amours et finit le volume
Dont le commencement est resté dans la plume.
L’encre manquait. Pourquoi fatiguer le papier
Qu’on froisserait en vain sans y rien copier ?
L’oiseau du souvenir gazouillait dans les chênes,
Et mon cœur s’est repris à ses premières chaînes.


Blondine.

Eh ! n’en rougissez pas ! heureux qui peut aimer,
Mais plus heureux celui qui voit se ranimer
L’amour qu’il oubliait, un jour d’ingratitude !
Que voulais-je ? jeter en votre solitude
Un peu de ma folie, un peu de ma gaîté !
Et, complice en cela du soleil de l’été,
Quand vous niiez la joie, arrêter vos blasphèmes,
Qui se sont, à présent, interrompus d’eux-mêmes.
Adieu donc ! je m’en vais vous laissant, pauvre oiseau,
Vous débattre à votre aise au milieu du réseau
Fatal où la sirène à la voix tentatrice
Vous a repris encor.