Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avez toujours été envers moi un bon maître, et je ne saurais vous mentir. »

M. Tyrrel avait attendu cette harangue jusques au bout sans dire un mot, parce que l’étonnement lui avait fermé la bouche. Si le tonnerre eût tombé à ses pieds, il n’aurait pas montré plus de surprise. Il avait imaginé que Hawkins, par excès de tendresse pour son fils, ne voulait pas l’éloigner un seul instant de lui ; mais il n’avait jamais soupçonné le moins du monde la vraie cause de ses refus.

— « Ah ! ah ! vous êtes un homme de famille, n’est-ce pas ? Votre père était dans l’église ! Vos enfans ne sont pas faits pour entrer à mon service ! Comment donc, impudent faquin ! était-ce pour cela que je vous ai pris à moi, quand votre insolence vous a fait chasser de chez M. Underwood ? J’ai donc nourri une vipère dans mon sein ? Ah ! ah ! ce pe-