Page:Godwin - Les Aventures de Caleb Williams, I (trad. Garnier).djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 171 )

il venait de recevoir un bienfait aussi important. Mais, par trop d’amplification, le récit finit par lui déplaire, et il ne put s’empêcher d’y mettre un terme par une remontrance un peu dure. Il est vraisemblable qu’en le repassant dans sa mémoire il le trouva encore plus insolent et plus insupportable qu’il ne lui avait paru à l’entendre; le premier mouvement de reconnaissance était effacé; mais les louanges hyperboliques qui avaient été prodiguées revenaient toujours à son souvenir, et leur bruit choquait encore son oreille. Il lui semblait qu’Émilie était aussi entrée dans la conjuration formée contre le repos de sa vie. Pour elle, elle n’avait pas la moindre idée d’avoir pu causer une offense à qui que ce fût, et dans toutes les occasions elle citait M. Falkland comme le modèle des grâces et de la sagesse humaine. Elle ne savait ce que c’était que dissimuler; son cœur sans expérience ne pouvait